Judoclic et Le Guide du Judo Jujitsu   

 JUDO SPORTIF

 

Préparation à la compétition, Arbitrage, Interviews...

 La préparation mentale : 

                         «J’étais confiant, j’ai gagné… »

                         «Nous avions une forte pression et l’équipe adverse jouait à domicile avec ses supporters, … »

                         «Nous en voulions, un mental très fort au départ et cela c’est bien passé… »

                          «Il m’a pris un point, puis deux, j’ai commencé à douter, je n’y ai plus cru et cela s’est passé très vite. »

 

Depuis l’entraînement jusqu'à la dernière seconde de compétition, le mental est le point de départ de toute action.

Motivation, doute, confiance en soi, concentration, autant de mots qui reviennent dans la bouche des sportifs pour expliquer leur échec ou leur victoire.

 

Ces mots correspondent à une réalité et cette réalité n’est pas le fruit du hasard ; un sportif fort mentalement est avant tout un sportif qui s’est entraîné à être fort mentalement. Évidemment nous n’avons pas tous les mêmes capacités de départ, mais un l’individu ayant le moins de capacités au départ peu néanmoins être le meilleur à l’arrivé si son entraînement à été supérieur en quantité et en qualité.

L’entraînement à tous les niveaux fait la différence.

Un sportif désireux de remporter la victoire ne peut pas laisser son mental sans entraînement.

Vouloir gagner…sur qui ?
Vouloir gagner…quoi,

Vouloir gagner, c’est bien, mais à quoi cela sert-il ?

 

On peut essayer de tout faire pour gagner et même parfois tricher si notre volonté de gagner est notre motivation principale. Oui, mais…

 

On peut gagner en étant motivé par le désir d’être le plus fort ; plus fort que les autres, écraser les autres du poids de sa victoire. Oui, mais…

 

 Est-ce que gagner ce n’est pas avant tout un moyen pour l’être humain que nous somme de faire progresser le monde et notre espèce vers une plus grande perfection ?

Est-ce que gagner ce n’est pas découvrir que l’on est capable de réaliser quelque chose de difficile de son mieux, à 100% de ses capacités.

Est-ce que gagner ce n’est pas gagner sur soi, vaincre  ses peurs, vaincre l’envie d’abandonner, vaincre le doute qui s’installe ?

Gagner c’est découvrir toutes les techniques, toutes les astuces, tout le savoir être et le savoir-faire qui permet de s’approcher de la perfection.

 

Quand les grands champions ont «tout » gagné, que font-ils ?

Ils deviennent entraîneur ! Ainsi, ils apprennent à d’autres ce qu’il faut savoir pour progresser et être le plus près possible du 100% de ses capacités.

Années après année, générations après générations, nous cherchons comment être meilleurs et nous l’enseignons à nos cadets ; c’est pour cela que même sans dopage les records seront toujours battus.

 

Et pour toi gagner qu’est-ce que c’est ?

Tu entraînes ton corps de manière générale :

ü     Force

ü     Endurance

ü     Souplesse

ü    

 

Tu entraînes ton corps et ton esprit aux techniques sportives :

ü     Gestes efficaces

ü     Tactiques de jeux ou de combat

 

T’entraînes-tu avec les techniques mentales qui te permettent de maîtriser tes émotions, tes sensations et ta concentration ?

ü     Confiance en soi

ü     Concentration

ü     Motivation

ü     Capacité à relativiser et à respecter les règles et l’adversaire

 

La sophrologie fait partie des techniques de préparation mentale pour le sportif.

Parmi les  principes dont nous pouvons faire l’expérience en sophrologie nous pouvons citer les suivant :

Ø     L’individu est capable volontairement de ressentir des sensations et sentiments harmonieux même dans des circonstances problématiques ou défavorables. Cette capacité lui permet de s’adapter le mieux possible à cette situation difficile et par conséquent de résoudre au mieux le problème ou l’épreuve rencontrée.

Ø     L’individu est capable d’évacuer volontairement les tensions, sensations négatives ou idées négatives qu’il a en lui et ainsi de retrouver son harmonie et son bien être.

Ø     L’individu est capable volontairement d’imaginer comment il peut se sentir dans un instant futur.

Si l’individu essaie de voir comment il peut faire pour être au mieux de ses capacités dans une compétition à venir, il est déjà en train de se donner les moyens d’y arriver.

Ø     L’individu est capable de prendre un peu de temps pour réaliser cet entraînement pendant lequel il découvre diverses capacités de la conscience qui restent bien souvent inexploitées.

La méthode

 

Elle est précise et décrite sous formes d’exercices et de techniques.

Le premier cycle est dit «réductif » et comprend quatre degrés de relaxation dynamique plus les techniques d’activation intra sophroniques associées.

Le deuxième cycle est dit «radical » et comprend les degrés 5 à 8 de la relaxation dynamique.

Le troisième cycle est dit existentiel et comprend les degrés 9 à 12 de la relaxation dynamique.

 

En pratique

 

Toute séance de sophrologie commence par une relaxation debout ou assis qui permet de modifier le niveau et l’état de conscience, favorisant ainsi le retour vers soi, la concentration et la découverte des sensations.

Cette première étape à elle seule, constitue déjà une base d’entraînement où l’on découvre les clefs d’accès à d’autres capacités. Nous prenons alors conscience de notre capacité à agir sur notre propre état. Nous devenons sujet, responsable de notre bien-être. Dans ce niveau de conscience au bord du sommeil, nous allons développer notre capacité à dévoiler nos «possibles » c’est à dire nos possibilités d’existence harmonieuse en toute liberté, chacun selon nos propres choix.

Les entraînements sont collectifs ou individuels selon l’organisation et le choix de la personne.

  

Les applications pour les sportifs

 

La gestion du stress

Le travail et la découverte des perceptions du geste sportif efficace

L’entraînement de la concentration

La gestion de l’énergie et de la récupération

La gestion de la motivation

Épanouissement de l’individu pouvant devenir un champion et non pas le contraire

 

  Les professionnels formés à la sophrologie se sont entraîné et ont suivi le cursus jusqu’au niveau de master spécialiste en sophrologie caycédienne.

Chaque master spécialiste peut utiliser l’outil «sophrologie» dans le cadre de ses compétences : un enseignant avec ses élèves, un entraîneur avec des sportifs, un médecin avec ses patients et de manière plus générale dans le domaine de la prévention avec les personnes qui pensent qu’il est toujours bon de se connaître bien pour mener une existence la plus sereine possible.

Une personne master spécialiste désireuse de faire découvrir le cheminement proposé par la sophrologie doit nécessairement s’entraîner elle-même et réactualiser régulièrement ses connaissances de la méthode.

 

Pour devenir soit même master spécialiste, il faut suivre l’enseignement en trois années : les deux premières années dans une des  écoles déléguées de l’Académie Internationale de Sophrologie, la troisième année en Andorre assurée par l’Académie Internationale de Sophrologie Caycédienne.

 

La sophrologie devant le succès rencontré est très vite passé dans le vocabulaire courant, ce qui à permis à certaines personnes de se baptiser sophrologue car le mot lui-même n’avait pas été lié à son contenu tel qu’il était décrit par son créateur, Alfonso Caycedo. Aussi, devant cette dérive, la Fondation Alfonso Caycedo à dû protéger légalement le contenu de sa création sous le nom de «sophrologie caycédienne »qui renvoie directement à la méthode propre et originale d’Alfonso Caycedo.  

L'histoire de la sophrologie :

  Alfonso Caycedo est né à Bogota en Colombie en 1932.

Médecin neuropsychiatre d’origine basque il réalise ses études en Espagne. Il cherche dès le début de sa carrière à comprendre le phénomène de la conscience.

C’est dans cette optique qu’il entame une démarche vouée à la recherche sur la conscience. Cette démarche devient une école scientifique et une science de la conscience qu’il crée en 1960 lui donnant le nom de sophrologie (issue de trois racines grecques : sos-harmonie, phren-esprit, logos-l’étude).

 

Alfonso Caycedo étudie et pratique les différentes techniques occidentales d’investigation ou de modification de la conscience : l’hypnose, la relaxation de Schultz et Jacobson, la neurologie moderne et la phénoménologie de Husserl.

Afin de compléter ses connaissances sur la conscience, il part deux années étudier en orient les techniques ancestrales des maîtres orientaux bouddhiste, zen et yogi. A son retour il élabore les premières techniques sophrologiques qu’il éprouve avec ses élèves et ses patients.

Ces techniques ont été crées pour l’homme moderne hors de tout contexte religieux et applicables par tous, c’est une des raisons sans doute de son succès.

Il constate alors l’efficacité de ses techniques et la possibilité quelles donnent de «se sentir un peu plus exister ». Il constate aussi les premiers effets biologiques quantifiables.

Plus tard il en conclue que cette méthode est susceptible d’intéresser toutes les branches de la médecine et le domaine social.

Il vérifie l’efficacité de sa méthode au niveau sociale lors d’un séjour de plusieurs années en Colombie avec les enfants des bidonvilles.

Aujourd’hui, après plusieurs année d’entraînement et de mise en pratique par des professionnels des branches cliniques, sociales, éducatives et de la prévention, la sophrologie a évoluée et a été adaptée à de nombreux domaines.

 

Jérôme Huvey,
master spécialiste en sophrologie caycédienne,
masseur kinésithérapeute diplômé d’État,
Ceinture Noire de Karaté Shotokan

 

Ø     Cours collectifs annuels de sophrologie (niveaux débutant, confirmé, perfectionnement)

Ø     Sessions de formations en entreprise et administrations.

Ø     Formation individuelle et en équipe aux techniques de sophrologie appliquées aux sportifs.  

Centre de sophrologie Jérôme Huvey
48 rue Abbé de L'Epée
76000 Rouen
Tel 06.13.08.99.98.

e mail : jerome.huvey@cegetel.net

Précédent     Index